Bogolan : un tissu malien à découvrir

Souvent le terme tissu africain rime avec wax, cependant il existe de nombreux tissus en Afrique de l’ouest dont le Bogolan. Un tissu qui trouve son origine plus exactement au Mali et que nous allons vous présenter.

Le Bogolan

“Fait de boue” en Bambara, la langue principale du peuple malien. La technique Bogolan de teinture et d’impression du coton est entièrement biologique et respectueuse de l’environnement. C’est l’un des tissus africains qui ne contient aucun produit chimique nocif. Il utilise des plantes et des fruits séchés comme teinture.

Les Bogolan tissés à la main sont des tissus de coton fabriqués en Afrique de l’Ouest. Le bogolan est un tissu 100% coton tissé à la main, traditionnellement teint avec de la boue fermentée. Les hommes maliens commencent le processus en tissant du fil de coton sur un métier à tisser. Les teintures sont faites à partir d’un mélange de racines, de feuilles, d’écorces d’arbres et de raisins sauvages. Il est généralement peint par les femmes. Il est fait à la main du début à la fin. Le bogolan est exporté dans le monde entier pour être utilisé dans la mode, les beaux-arts et la décoration. Les hôtels utilisent souvent le Mud Cloth comme nappe ou comme décoration murale, et il est également porté par les particuliers. La fabrication des torchons est longue et prend environ quatre jours à une semaine, selon les conditions météorologiques. Les artisans africains teignent à la main des symboles dans le tissu afin de raconter des histoires de leurs villages et de communiquer des proverbes africains. Le bogolan est utilisé depuis longtemps par les guerriers et les chasseurs d’Afrique de l’Ouest pour se camoufler. Il n’y a pas deux pièces identiques ; les motifs varient d’une pièce unique à l’autre.

tissu africain

Le Bogolan et le wax

Le bogolan et le wax sont souvent confondus puisqu’en majeure partie, dans les esprits, tissu africain signifie wax. Or l’origine des deux tissus n’est pas la même. Le vêtement en wax s’associera plutôt avec le kitenge, un autre tissu d’Afrique de l’Ouest. L’impression sur ce tissu est faite par une technique traditionnelle de batik. Ces impressions sont connues sous le nom wax et le dessin est tout aussi brillant et détaillé sur les deux faces du tissu. Le tissu est trié par catégories de qualité en raison des procédés de fabrication. Les Kitenges sont similaires aux kangas et aux kikoy, mais ils sont d’un tissu plus épais et n’ont un bord que sur un long côté. Le Kenya, l’Ouganda, la Tanzanie, le Soudan, le Nigeria, le Ghana, le Sénégal, le Liberia, le Rwanda et la République démocratique du Congo sont quelques-uns des pays africains où le kikoy est porté. C’est l’un des tissus africains que les hommes portent également autour de la taille par temps chaud. Les femmes le portent également autour de la taille. Il est plus utilisé que le less/khanga parce que les femmes ont des tailles différentes, donc elles le façonnent en fonction de leur taille. Aujourd’hui connu à l’échelle mondiale, il existe de nombreux vêtements en wax comme on peut le voir sur le site https://vetements-wax.com/.

Aujourd’hui le célèbre couture Imane Ayissi souhaite faire oublier le wax et mettre en avant les autres tissus africains comme le Bogolan. Pourquoi souhaite-t-il cela ? Car il estime que le vêtement en wax est issu de la colonisation et donc ne prône pas les valeurs de l’Afrique, ce qu’il souhaite lui mettre en image lors de défilés de haute couture.